GAMING I COURS DE SAGESSE AVEC FINAL FANTASY 10.


P A R    P E G G Y   V .   -   2 1 . 1 1 . 2 0 2 2

Final Fantasy 10, une aventure humaine riche en émotion I Source image : finalfantasy.fandom.com
Final Fantasy 10, une aventure humaine riche en émotion I Source image : finalfantasy.fandom.com

 

C’est l’histoire d’un coup de cœur. Irai-je jusqu’à parler de révélation ? Allez, soyons fous !

 

Ce jeu, s’il ne tenait qu’à moi, il serait inscrit au programme scolaire de tout adolescent en âge de comprendre. Avec réflexion philosophique à la clef. C’est dire si un simple jeu vidéo peut être profond lorsqu’une équipe s’y donne à fond. Celle-ci a réalisé un chef d’œuvre. Visuel, musical, spirituel ... Riche de notions telles que : Pense par toi-même , ne te laisse pas guider par la pensée commune, ce qui te saute aux yeux n’est pas toujours vrai . Mais aussi, des mots précieux, telles que, Amour, Résilience, Gratitude…

 

Laissez moi vous transporter dans le monde non merveilleux de Final Fantasy 10. Car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce monde bien que fantastique n’en est pas moins dur ! On y peine, encaisse des drames, avec jusqu’au bout, l’espoir de trouver une fin heureuse. Que tout cela n’ait pas été vain. Final Fantasy 10, c’est avant tout une merveilleuse aventure humaine . Qui se joue solo ! Oui, solo, preuve qu’il n’y a pas que barre de rires et matraquage de joystick qui puissent animer un joueur. Un scénario écrit, tel un film, où le joueur mène le combat. Mais, l’histoire est si poignante que l’on ne peut qu’être emporté…

 

 

 IMAGINEZ...


(c) samouraï-gamer.com
(c) samouraï-gamer.com
(c) samouraï-gamer.com
(c) samouraï-gamer.com

Vous êtes un jeune homme nommé Tidus, champion de blitz, résident d’une cité ultra moderne, quand soudain, au beau milieu d’un match, votre vie bascule ! Une créature dévaste votre cité, les gens fuient, affolés, c’est le chaos. Une chute, un trou noir, et vous vous retrouvez projeté dans un monde inconnu, seul.

 

Ou plutôt, dans un autre temps ! Ici, sur Spira, pas de modernisme, on vit en communion avec la nature, et toute technologie est interdite. Par l’Ordre.

 

L’Ordre de Yevon, la religion qui régit, ici et tout le monde (ou presque) s’y plie . Jadis, une guerre terrible opposa La Cité de Zanarkand et Bevelle. Une guerre de machines. Elle fit de nombreuses victimes, c’est pourquoi, l’Ordre les a interdites .

 

Ce péché commis par les anciens, l'humanité se doit de les racheter ! En effet, le monde de Spira vit depuis sous la tyrannie de Sin.

 

Un monstre gigantesque, qui engendre des catastrophes naturelles. Enfin, tyrannise… Disons plutôt qu’il est. Il vit, et se déplace, dans les océans, et compte tenu de sa taille, fait des ravages lorsqu’il aborde les villages. Colère de la nature, peut-être ? La nature qui reprend ses droits ?


Seules les forces divines sont capables de percer sa carapace et c’est aux Invokeur que revient le rôle de vaincre la bête. Pour cela, ils doivent faire un long pèlerinage, à travers tout Spira, protégés par leurs Gardiens.

 

En vue d'acquérir le pouvoir des Esprits (Shiva, Ifrit, Ixion...) et employer s’ils s'en sont montrés dignes, l’Invocation Finale. Yuna a fait ce choix !


Un choix lourd de conséquences, autant dire, un sacrifice. Mais elle est emplie, emplie de cette envie d’apporter la Félicité à tous. La Félicité, une période durant laquelle Sin disparaît, vaincu par le dernier Invokeur. Sin a été vaincu de nombreuses fois déjà. Mais, il est hélas reparu après une période de répit. L’Ordre raconte que l’humanité ne se serait pas suffisamment « rachetée ». Un jour, Dieu pardonnera, mais, ce jour n’est pas encore venu.

 

 

Peut-être cette fois ? 

 

Le Monde de Spira. Il est à la fois très lointain, et très proche du notre. Lointain car semblant archaïque, avec ce retour aux sources, son confort rudimentaire, ce retour sur la technologie laissant place aux sciences « occultes » à la magie, au Divin. Quel bond en arrière ! Dans un monde ayant connu le progrès technologique, les villes lumières. On y parle très peu d’argent, en revanche, beaucoup de pouvoir. Ici détenu par la religion.

 

Mais, on y trouve aussi les problèmes liés à la différence, la peur de l’autre. Les guerres. La peur, elle est omniprésente. Et c’est elle qui « guide » , oriente les conduites du Peuple. Mais néanmoins, l'espoir, au fond de chacun qui confère la seule envie de vivre

 

 

LES PERSONNAGES


Ils sont riches ! Ont tous un passé. Au delà de la quête principale, chacun d’eux aura quelque chose à « trouver ». Ensemble, Ils évolueront, ils grandiront !

 

En apprendront sur eux-même, ou sur la vie.


Chacun son petit trait de caractère, impulsif, rebelle, sage, sombre, ou lumineux… Empathie, admiration, terreur, ils susciteront… Mais, à coup sûr, ils vont toucheront ! 

 

J'ai choisi de vous les illustrer ainsi... 



(c) apk9t05.com
(c) apk9t05.com

TIDUS : DE LA COLÈRE... AU PARDON

 

Tidus est un jeune homme sensible. Un tempérament positif, gagnant, qui s’exprime à travers son plus grand talent : le Blitz ! La gagne, il l’a. Mais, il a aussi ses failles. Parfois, ses petites pensées limitantes qui l’empêchent de réussir le fameux « Jecht Shot » Un tir dévastateur. Et pour cause. Tidus est le fils de Jecht, champion inégalé.

 

Ce père, il avait une relation extrêmement compliquée avec lui. Un père au mode d’éducation à la dure ! Faite de brimades et moqueries. "Tu n’atteindras jamais mon niveau, tu n’es qu’une pleureuse…" Il nourrit une colère féroce envers lui, tantôt, cela le pousse à aller plus loin, tantôt, le souvenir des paroles blessantes l’empêchent de réussir. Un gros conflit intérieur. D’autant qu’il a perdu sa mère aimante, rassurante, tout l’inverse de cette figure paternelle. Une femme qui n’aura pas supporté la disparition brutale de son époux qu’elle admirait, jusqu’à en oublier Tidus en sa présence. Qui ne le contredisait jamais.

 

Tout cela pèse lourd, sur le jeune homme, au tempérament rebelle. On le comprend ! Orphelin, depuis 10 ans, il a dû se construire seul, protégé néanmoins par Auron, l’ami de son père. Mais, ce père, le connait il vraiment ? A t-il eu la bonne lecture, quant à cette façon de se comporter avec lui. Auron en aura beaucoup à lui révéler sur lui. Des moments durs, où l’ego aura de la peine à lâcher tous ses ressentiments. Un travail sur soi . Un chemin vers la paix.

(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

YUNA : J'AI OUBLIÉ DE VIVRE

Yuna, c'est l’alter ego de Tidus. Un passé commun au sens où, elle aussi, est la fille de... La fille du Grand Invokeur Braska. Si ce n'est que ce dernier fut un père aimant ! Elle aussi, est orpheline. Yuna, c’est l’image de la « sagesse » au sens où on l’entend souvent. Jamais un écart de conduite. S’obligeant à sourire, même lorsqu’elle a envie de pleurer, de crier, d’exprimer de la colère. Elle se veut parfaite. Tidus n’aura de cesse de l’encourager à être elle-même.

 

Une jeune fille ! Qui devrait aussi pouvoir s’amuser ! Rire.

 

La scène où il lui apprend à siffler est très touchante. Rien que ce petit écart, pour elle, est déjà comme une forme d’effronterie, qu’elle va savourer, avec délice. Yuna a grandi trop vite, s’est imposée une charge colossale. Mais, à vouloir sauver le monde, elle s’en oublie un peu ! Car l’Invokeur le sait, l’issue du combat lui sera forcément fatale. Jusqu’ici, périr pour le bien de l’humanité ne lui a jamais posé problème. Elle a grandi avec cette idée. Mais, ça ! c’était avant. Avant qu’elle ne rencontre Tidus, et que l’amour entre ces deux-là ne vienne se glisser. Qu’elle ne se prenne à rêver du monde d’après… Un monde libéré de la peur.

 

Goûter à cette liberté, à la joie retrouvée, dans les bras de l’homme qu’elle aime… Tidus ne veut pas qu’elle y laisse sa vie, c’est injuste. Il doit y avoir un moyen d’éviter cela, et, il est fermement décidé à le trouver ! La force de Yuna, celle  qui lui permet d’affronter les vents du Gagazet, de ne pas abandonner sa quête, c’est l’Amour.

 

Cette femme est emplie d’amour et d’espoir. Une femme admirable. 



(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

WAKKA : APPRENDS À PENSER PAR TOI-MÊME !!!

 

Wakka est un personnage sympathique. Joueur de blitz, lui aussi. Mais, à un tout autre niveau que Tidus : son équipe, les Besaids Auroch’s, est la risée de tout Spira, jamais une victoire à leur actif ! Un jeune homme gentil, bon fond, mais… pardonnez-moi, pas très futé ! Car, il ne sait se forger ses propres opinions, l’Ordre étant sa seule légion. Il le craint autant qu’il le vénère.

 

Aussi, déteste t-il férocement les Al Bheds, cette communauté qui lui fait défiance. Mais alors ? Comment réagira t-il, lorsqu’il apprendra que sa chère et tendre Yuna a du sang Al Bhed dans les veines ? Devra t-il la renier ? Des leçons comme celles-là, il va en recevoir, tout au long de l’aventure, et aura des sueurs froides, avant d’ouvrir enfin les yeux sur l’Ordre et ses secrets… Gare à la chute !

 

Wakka n’en demeure pas moins « une bonne pâte », et un guerrier remarquable, au combat. Il a aussi quelque chose à se pardonner. Un échec. Son frère, Chappu a péri au combat dans une mission pour les « Banisseurs ». Un groupuscule qui tente de vaincre Sin sans l’aide des Invokeur. Il n’a pas su le dissuader de partir, trop occupé à penser au blitz. Une chose que Lulu ne cesse de lui rappeler, durement. Mérite t-il un tel acharnement ? L’humain et ses rancœurs… Espérons que les tensions entre ces deux-là s’apaisent…


(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

KIMARI : UN HONNEUR À SAUVER

 

Kimari appartient à la race des Ronsos. Un peuple mi homme, mi bête qui garde le Mont Sacré Gagazet. Dernier rempart avant les Ruines de Zanarkand. Ici, on se livre combat, entre membres, pour prouver sa force, et Kimari en a perdu un ! Contre Biran, un de ses "frères" de Tribu. Sa corne a été brisée, et la honte l’a poussé à abandonner son camp, pour se retrouver seul, exilé. Difficile de faire abstraction de cette apparence animale et de ne pas douter en sa capacité à ressentir des choses. Et pourtant, il se révèlera humain ! Et, doué d’une grande intuition. Un être très attaché à la petite Yuna qui donnera sa peau sans hésiter s’il le faut. Un personnage touchant.


(c) PCgamesN
(c) PCgamesN

AURON : LE VENGEUR MASQUÉ

 

Auron est un personnage très énigmatique. Le visage dissimulé par son grand manteau rouge, il est loin d’être loquace. Une force brute, au combat. Sa connaissance de Spira, des préceptes, et des petits secrets de l’Ordre en font un excellent guide.

 

Il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà combattu au côté de Braska et donc triomphé de Sin. Il en était le Gardien. Mais, comment a t-il pu rentrer sur Zarnakand, non la cité dévastée que l’on connaît aujourd’hui, mais celle de Tidus ?

 

Pourquoi l’a t-il protégé, et conduit jusqu’ici ?

Tout cela semble bien flou… 

(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

LULU : MON COEUR A PRIS FROID…

 

Lulu est la magicienne du groupe : elle pratique la magie noire. Cela lui sied à ravir. Brune, au teint pâle, la voix grave. Elle semble assez froide. Lulu s’est en fait forgée une épaisse carapace. La douleur, elle ne l’exprime jamais. Mais on la devine.

 

La perte de son compagnon, Chappu, lors d’une mission pour les « Banisseurs ». Cette organisation, autorisée par l’Ordre, qui mène des actions armées, contre Sin. Armées, étrange, l’Ordre ne les condamne pourtant pas…

 

Lulu ne fait pas dans le sentiment, et ne se laisse guère envahir par ses émotions. Si un sacrifice doit être fait, il le doit, voilà. Mais, elle est aussi posée, réfléchie. Beaucoup de sang froid. La raison plutôt que la passion… Raisonnée, mais pas aveugle ! 

 


(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

RIKKU : MON PEUPLE INCOMPRIS

 

Rikku c’est le bonbon acidulé du groupe ! Une jeune ado pleine de pep’s. Qui se cache bien de révéler ses origines ! Et pour cause, elle appartient à la « race » des Al Bheds. Un peuple nomade dissident, le seul s’autorisant à défier l’Ordre de Yevon. Elle est à la fois énergique, drôle, et très impulsive. Son talent de prédilection, le vol ! Sur les ennemis, il sera fort utile.

 

Ce talent, elle le tient de son peuple, une communauté qui vit en marge, et commet pas mal de larcins. Son franc-parler un peu « loubard » forcera le rire ! Lorsqu’elle s’adressera à un éminent membre de l’Ordre en ces termes « hey, le vioc ! » Qui se le permettrait, sinon une Al Bhed ? Elle s’est glissée dans le groupe un peu par intrusion. Mais, détrompez vous !

 

Ses intentions sont saines. En fait, elle et Yuna ont un lien de parenté. Et son Peuple n’aspire qu’à une chose ! Protéger les Invokeurs de cette fin injuste. Il doit y avoir une autre façon de vaincre Sin, ils en sont persuadés, des sacrifices, il y en a eu trop ! 


(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

SEYMOUR : UNE FASCINATION MORBIDE

 

Seymour est une figure de l’Ordre de Yevon, un Maître respecté et adulé. Il a énormément de classe, un charme envoûtant qui déstabilisera Yuna lorsqu’ils se rencontreront la première fois.

 

Ce statut, il en a hérité de son père, Jyscal. Un homme sage qui a consacré sa vie à réconcilier deux peuples : Humains et Guados. Respecté par les siens, Jyscal déplore néanmoins une certaine rivalité avec l’humain chez son peuple qu'il cherchera à convertir à la religion Yevonite. Afin de prouver sa foi, il épousera une humaine et naîtra Lord Seymour. Malheureusement, l’enfant ne sera jamais accepté ni d’un peuple, ni de l’autre.

 

Au point de devoir fuir, avec sa mère, pour trouver refuge dans un Temple. Rejeté de tous, il en souffrira terriblement. De ce passé, il est marqué, et éprouve beaucoup d'aigreur. Un manque d’estime durant l’enfance qu’il cherchera à compenser par un besoin de splendeur et de pouvoir. En grand manipulateur, il trompera facilement son monde. Un être torturé qui voit l’humanité à son image, et nourrit des rêves sombres. Pour lui, la seule issue possible est le chaos ! Seule la mort vient à rompre la souffrance, elle est le seul repos des êtres… Il donnera bien du fil à retordre.


LES MUSIQUES 


ÉCOUTEZ

 

 

Elles sont splendides. Palpitantes, enchanteresses, ou encore dramatiques... Tout est question de contexte.

Je citerais notamment l’Assaut. Qui accompagne cette scène culte à Bevelle.

 

La passion qui s'en dégage !

 

Canardés par les tirs de l'armée, on oublie le danger et vole au secours de Yuna, rien ne pourra nous arrêter !

Ou encore, Bravoure. Fermez les yeux, et laissez vous emporter.

Vous le sentez, ce blizzard ? Cette chaîne de montagne à gravir, et cette jeune fille qui n’abandonne pas...

Allez Yuna !
Il m’arrive de l’écouter pour trouver de la force.

Hurry ! Qui accompagne les fuites et courses poursuites. Comme ici, dans la grotte du Priant Volé, avec la rencontre de l'impressionnant Yojimbo. Le cœur bat à la chamade !
 

L’hymne des Priants. Symbole du jeu. Elle résonne dans les Temples et lors des cérémonies funestes d’accompagnement. Moment de recueillement à la mémoire des défunts, elle permettra à ces derniers de partir sereinement vers l’Au-delà…

 

Eh oui, Final Fantasy, c’est un monde très rude…

Bruissements de la nature respirant à pleins poumons, nuit enchanteresse, rien n'aura été négligé. Pour une immersion la plus totale.


LES PAYSAGES


Tous plus beaux les uns que les autres. Des scènes cinématiques à couper le souffle, des coucher de soleil au sommet du Gagazet, vue sur la Cité en ruines de Zanarkand.

 

La Plaine félicité, et cette étendue de terre accidentée par les obus de la guerre, il y a 1000 ans.

 

Yuna la découvrant, pour la première... et dernière fois ?

 

Le Sélenos, couvert de lotus et brillant de toutes les âmes s’étant évanouies ici.

 

La Plaine foudroyée, assez terrifiante, on n’a guère envie de s’y éterniser, et pourtant, il faudra bien s’y coller ! 

 


LES QUÊTES ANNEXES


Elles sont ardues, voire, carrément prises de tête ! A en jeter la manette. On nommera la course de chocobos, le défi de la foudre, mais, bien sûr, des objets d’une valeur inestimable à la clef. Seuls moyens d’obtenir les armes ultimes à leur niveau maximal.

 

Pourquoi faire ? Non pour combattre le boss final qui peut être vaincu sans elles. Mais plutôt pour venir à bout des Chimères Purgatrices, boss optionnels. Avant cela il faudra aussi réunir tous les spécimens du centre d’entraînement en capturant les espèces du monde entier avec l’épée capture !

 

Un travail colossal. Fusionner les espèces qui en généreront une forme plus puissante et y passer des heures à combattre pour glaner des objets. Découvrir de nouveau lieux grâce au vaisseau comme les Ruines d’Omega qui donnent la chair de poule. De nombreux trésors cachés.

 

La fin du jeu étant bien loin de toute l’étendue de ce qui peut encore être fait.

 

Toujours optionnel, pour ne pas décourager et mettre en échec.

(c) fandomspot.com
(c) fandomspot.com

Voilà, une présentation de ce jeu qui m’aura donné tant d’émotion et retenue durant plus de 400 heures, je pense. Que j’ai joué, et rejoué, d'une part pour l’exploiter à fond et décrocher le trophée Platine. Mon côté perfectionniste. Mais aussi, pour en apprendre davantage, et mieux en comprendre l’histoire. La maturité faisant, on saisit mieux les choses. Et... réfléchit. Se demandant si l'on n'aurait pas voulu délivrer ici un message...

 

 

 

Vous ai-je donné envie de la connaître dans son intégralité ?

La suite dans une prochaine chronique.

Commentaires: 5
  • #5

    Laetitia Joubert (mardi, 22 novembre 2022 21:24)

    Tu peux être fière de toi !✍️
    Tu donnes envie de découvrir ce jeu .
    Et montre une autre vision et un autre rapport à cet univers.
    Cela se sent que tu y a mis ton âme dedans .
    Super bien construit ,
    Bravo pour tout le travail que tu as accompli.
    On veut connaître la suite �.

  • #4

    Alex (mardi, 22 novembre 2022)

    N'y ayant jamais joué, grâce à ta chronique j'ai pu me plonger dans ce monde et y ressentir son essence, bravo et merci! :)

  • #3

    Régis (mardi, 22 novembre 2022 00:05)

    Quelle superbe présentation ! Bravo pour parvenir ainsi à décrire toute l’essence de ce jeu qui n’est qu’un simple jeu mais une véritable aventure humaine.

  • #2

    Virginie Vauloup (lundi, 21 novembre 2022 12:41)

    Super chronique !
    Ça donne envie d'y jeter un coup d'œil ! ( au jeu hein !!)

  • #1

    johan (lundi, 21 novembre 2022 08:04)

    Beaucoup plus qu'un jeu, un vrai parcours initiatique !
    Je suis entièrement d'accord