CETTE CHRONIQUE TE PLAÎT ?

Découvre d'autres écrits dans notre Newsletter, chaque mois !


MUSIQUE I AURUS : L'ÉMOTION EN HÉRITAGE.


P A R   P E G G Y   V .   E T   T O N Y   S A N S   P .   -   0 3 . 1 2 . 2 0 2 1

(c) Pierre Alexandre COIC
(c) Pierre Alexandre COIC

 

''Le vol n°974, à destination de l'ile de la Réunion, va décoller dans un instant. Attachez correctement vos ceintures et laissez vous guider par la beauté du paysage musical. La compagnie vous souhaite un agréable séjour.''

 

Samedi 20 Novembre 2021, Tony et moi, étions au concert évènement de AURUS, tête d'affiche de la soirée à la salle des musiques actuelles Le Novomax, piloté par l'association Polarités.

 

Énergie ésotérique, batterie fracassante et guitare mélodieuse, nous vous ouvrons les portes sacrées d'un véritable temple, achalandés de trésors émotionnels et de coffres à souvenirs.

 

Suivez le guide...

 

 

 

SELON PEGGY V.


Après l'expérience IA404, c'est un virage à 360° qui nous attend, avec l'arrivée de Aurus. Changement total d'horizon, et retour aux sources.

Virage, peut-être, mais, j'aurais plus envie de parler de suite logique, paradoxalement. Le message (codé) du premier groupe se répercute, se poursuit. Retour à l'humain, aux valeurs simples, à la nature...

Un petit cours de "Sagesse", cela vous tente ?
On part pour l'Île de la Réunion, ouvrez bien grand vos chakras et merci d'accueillir Aurus.
(c) Pierre Alexandre COIC
(c) Pierre Alexandre COIC

Là encore, c'est l'effet de surprise. Mais, quel est donc ce look ? Bonnet orné de grosses perles, chapeau solaire gravé d'un troisième oeil, c'est assez édifiant. C'est qu'il en impose, le Monsieur. Tant physiquement que dans l'esprit.

 

Une forte personnalité bien assumée, du coffre, un artiste qui dégage un certain charisme.  

 

Première réflexion qui me vienne : "c'est plus ethnique".

Musicalement, on voyage, c'est assez métissé. De la guitare, de la soul... 

 

Plus qu'un concert, c'est une cérémonie, une fête, on s'imagine réunis autour d'un feu de camp ! Et écoute, attentivement, les messages qui précédent chaque titre. Des notions telles que l'instant présent, l'union fait la force, soyez vous-même.

 

De l'humour également, des éclats de rire.

 

À un spectateur dégarni qui s'adresse à lui :

"Tu aimes mon chapeau ? J'aime le tien aussi"

 

Cela rapproche les gens !

 

Lorsqu'il s'adresse à nous, c'est avec naturel, un artiste qui aime se mettre à la hauteur de son public, faire tomber les barrières. Pour preuve, il descendra de scène pour nous rejoindre et sera entouré avec le plus grand des respect, sans débordements, on pourra entendre quelqu'un saluer "Merci,  Shaman". 

Une reprise du titre "American Boy" décrochera un franc succès auprès du public.

Tantôt festif, tantôt doux, émouvant... On s'évade.

La voix est à la fois calme et chaleureuse, une formidable énergie d'amour et de partage se dégage. Cela réchauffe les coeurs, en ces temps pour le moins compliqués. On en verserait bien sa petite larme !


Un rappel qui sera honoré tel un cadeau et le concert s'achève dans l'émotion. Bienveillance et humilité. Pour moi, ce sera le coup de coeur et ne résisterai pas à l'envie de me procurer l'album.

Bravo, Monsieur, vous m'avez touchée.


SELON TONY SANS P.


Le ton est donné. Escale réunionnaise, carte d’embarquement pour le dépaysement. 

Un marchand vous ouvre les portes de l’évasion spirituelle.

 

Troisième chanson, la température monte. Une puissance ethnique habite la salle et prend possession des corps d’un public envoûté par les harmonies de l’artiste.

 

Tantôt euphorique, tantôt tendre, tantôt romantique, l’artiste dévoile ses plus belles cartes, et la distribution du jeu est étonnante.

 

Des sonorités orientales, une puissance vocale qui calme tout le monde dans la salle.

 

Une approche vocale très ésotérique par moment, une prise au cœur, avec cette reprise très soul et accessible du titre de la chanteuse américaine Estelle (protégée de Kanye West), terminée et sublimée par le public et la touche finale de l’arbitre.

 

Un moment suspendu dans le temps, figé.

 

Un rappel à n’être que soi, rien que soi et uniquement soi.

 

Le titre KURU sorti sur YouTube parle de cela.

Et sur scène, le message est encore plus fort, plus éloquent.

 

Puis vient le temps de la mélancolie : seul...

 

Il retire son diadème... à genou, face à son public... il se confie... les paroles importent peu, seul l’expérience et le voyage avec soi même prime.

 

Puis, un show fluorescent domine la scène.

 

Un voyage dans la nuit, où l’artiste nous transporte à vol d’oiseau, dans sa magnifique île à travers des incantations locales chantés en back.

 

A tel point que le voyage se poursuit dans le public, où il se mêle à la foule, comme si le COVID était balayé en 15 secondes par sa bienveillance et sa générosité.

 

Ça danse, ça danse, ça hurle dans le public, et c’est normal : ça se donne, ça envoie et ça distribue de l’énergie sans outre mesure.

A tel point que le public en redemande...

 

Contrairement à IA404, le chanteur nous laisse sur une dernière chanson. ‘’Stardust‘’ est le dernier tampon de visa sur la valise, avant de quitter l’île qui lui est si chère.

 

Un dernier cadeau avant de s’éclipser...

Un coup de cœur et un artiste à suivre de très, très, près...

(c) Pierre Alexandre COIC
(c) Pierre Alexandre COIC


Commentaires: 2
  • #2

    Aurus (mercredi, 08 juin 2022 05:57)

    Merci infiniment pour ce magnifique article ���

  • #1

    robin (jeudi, 21 avril 2022 10:27)

    j'adore ce chanteur! très humain

ET SUR LE MÊME SITE...